Ange Gardien

MRC :
MRC de Beauce-Sartigan

Promoteur :
Parrainage Jeunesse

Personne-ressource :
Dyane Plante

Clientèle visée :
6 à 8 ans

Historique

Le projet Ange Gardien a vu le jour en 2008 suite aux commentaires partagés par plusieurs jeunes en attente d’un jumelage avec un bénévole. Des commentaires tels que : « Je n’ai pas d’amis à l’école et je ne veux plus y aller! », ou encore « les autres ne m’aiment pas et je suis toujours seul ». Au regard des services présents dans les écoles primaires, nous avons fait le constat qu’aucun service n’existait pour ce type d’enfants introvertis, qui ne dérangent pas la classe, mais qui auraient malgré tout besoin d’aide. Notre projet vise donc à intervenir auprès d’élèves à risque d’anxiété, de symptômes dépressifs, d’intimidation et de désengagement scolaire.

Description du projet

Le but du projet Ange Gardien est de prévenir le harcèlement et l’intimidation ainsi que le décrochage scolaire, par le développement d’habiletés sociales et réflexives auprès d’enfants introvertis du primaire. Avec la loi 56 adoptée le 12 juin 2012 à l’Assemblée nationale, les écoles doivent mettre en place dans leur milieu un plan de lutte contre l’intimidation et la violence. Cependant, si le but des écoles et celui d’Ange Gardien est le même, les modèles d’interventions et les moyens utilisés sont différents et, par conséquent, complémentaires. Les objectifs généraux sont de renouer avec le plaisir d’aller à l’école et de développer chez les jeunes leur sentiment d’appartenance à leur milieu. Ce plaisir est à la base du bien-être de l’enfant et il est, selon nous, le facteur de protection le plus important à développer. Ce dernier facilite l’émergence de dimensions telles que l’estime de soi, la confiance, l’affirmation, la motivation, qui sont à leur tour de bons facteurs de protection face à l’intimidation et au décrochage scolaire. Les objectifs spécifiques sont d’augmenter le niveau de popularité des élèves, d’augmenter les interactions avec les pairs positifs et conventionnels, développer l’apprentissage du dialogue, développer des habiletés sociales et réflexives. Pour les jeunes à risques, il faut augmenter les possibilités d’interaction avec des pairs positifs et conventionnels, tout en mettant en place des conditions susceptibles de favoriser le développement de relations d’amitié avec eux. La piste des activités parascolaires est à privilégier. Une programmation riche et variée d’activités accessibles à tous les élèves, particulièrement aux élèves à risques, est un facteur de protection qui permet d’agir sur le sentiment d’appartenance à l’école, l’estime de soi et le développement de réseaux sociaux positifs. Cette piste doit être exploitée dès le primaire.

Partenaires associés

École Aquarelle

École Barabé-Drouin

École D’Youville-Lambert

École De Léry

École Des Sommets

École Dionne

École Fleurs-de-Soleil

École Grande-Coudée

École Kennebec

École l’Accueil

École Maribel

École Mgr-Feuiltault

École Notre-Dame-du-Rosaire

École primaire de Saint-Gédéon

École primaire l’Éveil